Sidonie et Philippe, une soudaine jalousie

Cela faisait 6 mois qu’ils étaient ensemble, 6 mois qu’ils se connaissaient.

Pour eux tout était allé très vite, Sidonie et Philippe s’étaient rencontrés en vacances alors qu’ils faisaient un stage de voile en Bretagne.

Et dès leur retour, elle était venue s’installer chez lui avec ses affaires sans même prendre la peine de changer son sac. Elle le ferait plus tard dans la semaine, elle aurait le temps de s’en occuper.

Alors bien sûr 6 mois ce n’était pas très long mais quand vous êtes installé chez votre amoureux avec l’impression d’y vivre depuis toujours, cela peut au contraire vous paraître un gage d’éternité.

Philippe venait de partir à son travail. Il avait une réunion importante ce matin et il semblait d’ailleurs un peu plus stressé que d’habitude. Aurait-il le temps malgré tout de lui faire une surprise pour fêter leur 6 mois de relation? Et d’ailleurs y aurait-il pensé?

En général, c’était elle qui était attachée à ce genre de choses. Elle pensait toujours aux dates, aux anniversaires, aux fêtes. C’était parfois un peu pesant mais elle ne pouvait faire autrement et ses amis étaient toujours impressionnés de sa capacité à se souvenir des anniversaires de chacun. Mais là aujourd’hui, elle aimerait que ce soit lui qui s’en souvienne.

Alors pour ce soir que faire? Elle était dans ses pensées quand le téléphone sonna. Elle décrocha. Une jeune femme l’air surpris d’entendre sa voix lui demanda où était Philippe et sans attendre une réponse, proposa de l’appeler directement à son bureau. Elle ne pouvait attendre de lui parler, elle venait à peine de rentrer d’un périple en Amérique latine, il fallait qu’elle le voit. Elle raccrocha sans plus d’explication.

Philippe n’avait jamais parlé à Sidonie d’une amie ou d’une cousine partie en Amérique latine. Qui pouvait-elle être?

Sidonie envoya un sms à Philippe pour le prévenir qu’une femme venait d’appeler, qu’elle rentrait de voyage et qu’elle l’appellerait sans doute à son bureau. Sidonie n’en savait pas plus.

Bien sûr, elle attendait une réponse de sa part pour qu’il lui dise qui était cette femme. Il ne répondit pas à son message. Il est vrai qu’il était en réunion et peut-être ne pouvait-il pas répondre? Mais en général il répondait toujours.

Elle commença à s’inquiéter et alors qu’elle aussi devait se préparer pour aller à son travail, elle était critique littéraire dans une société d’édition, toutes sortes de questions lui passaient par la tête. Elle ne pouvait quitter son portable des yeux au cas où Philippe répondrait et toujours Rien!

Il fallait vraiment qu’elle parte, elle allait être en retard. Elle, qui se moquait toujours de ses amies lorsqu’elles s’inquiétaient, voilà qu’elle aussi était dans le même état. Elle n’allait pas s’angoisser toute la journée tout de même!

Elle se dit : « Et si j’allais lui faire une surprise au moment du déjeuner, en plus j’ai un rendez vous pas très loin de son bureau cet après-midi. S’il n’a pas le temps, on prendra juste un café. Cela se fait de boire un café avec son amoureux lorsqu’on passe à côté de son bureau, ce n’est pas bizarre, ce n’est pas étrange… »

Une fois cette idée en tête, elle réussit un peu à se calmer et à se concentrer sur son propre travail.

Vers 13H30, elle n’avait toujours aucune nouvelle de Philippe. Elle ne savait pas si cette fille avait réussi à le joindre, Elle!

Elle prit son sac, prit son vélo et se dirigea directement en direction de l’Opéra, le quartier dans lequel Philippe travaillait. De toute façon, pas la peine de déjeuner, elle n’avait plus faim, et la boule qu’elle avait dans le ventre l’empêcherait d’avaler la moindre bouchée.

Elle arriva devant le bâtiment haussmannien, qui abritait la banque dans laquelle il travaillait. Et maintenant qu’allait-elle faire? C’était la première fois qu’elle arrivait comme çà à l’improviste, sans le prévenir. Après quelques minutes d’hésitation, elle se décida enfin à appeler son numéro professionnel, elle n’osait pas appeler sur son portable, s’il était en réunion cela le dérangerait. Une secrétaire répondit qu’il était sorti déjeuner et qu’il avait prévenu qu’il serait absent cet après-midi.

Sidonie se mit à trembler et à bafouiller. Elle raccrocha. C’était sûr, il était avec elle, avec cette femme qu’elle ne connaissait pas, qui arrivait d’on ne sait où!

Peut-être qu’elle, Sidonie, n’avait été là que pour assurer la transition. Ce soir il lui dirait que sa véritable petite amie était de retour et que maintenant Sidonie devait rentrer chez elle, qu’ils avaient passé des moments merveilleux mais voilà sa vraie vie était ailleurs.

Comment avait-elle pu être aussi bête, aussi naïve? De toute façon, elle aurait dû s’en douter, ce n’était pas normal que tout aille si vite entre eux, les vacances, l’installation chez lui, les week-ends à la campagne. Elle aurait dû se méfier. Elle se sentait trahie. Cette femme passait un coup de fil et en un instant, sa vie basculait et son histoire avec Philippe s’arrêtait là!
Elle qui espérait un diner aux chandelles, elle était écoeurée, partagée entre colère et tristesse. Elle n’avait plus rien à faire ici devant cette banque, elle se sentait ridicule.

Elle prit son vélo et s’éloigna. De plus, il était l’heure de son rendez vous. Celui-ci ne se passa pas très bien, elle avait vraiment du mal à penser à autre chose et à se concentrer. Elle appellerai un autre jour pour s’excuser et fixer un autre rendez-vous, elle arrangerait les choses plus tard. Tant pis!

Elle décida d’aller chez Philippe pour récupérer ses affaires. Elle n’allait pas en plus se sentir humiliée de devoir prendre ses affaires sous son nez à elle, elle ne lui ferait pas ce plaisir!

Lorsqu’elle arriva à l’appartement, elle découvrit qu’il avait été totalement décoré, fleurs, chandelles, papillons de papier, elle adorait les papillons. Philippe était là un peu surpris de la voir rentrer si tôt. Il la serra dans ses bras.

Vu la journée qu’elle avait passée, elle était encore un peu tendue. En fait, elle ne comprenait plus rien et se méfiait toujours un peu.

Il lui dit « cela fait 6 mois que nous sommes ensemble, je suis si heureux, ma Sidonie, accepterais-tu de m’épouser? »

Si tu me dis oui, nous pourrions nous marier en Argentine, j’avais justement demandé à une amie wedding planner de trouver des lieux possibles pour notre mariage, puisque je sais que c’est ton rêve de te marier là bas. Elle est rentrée aujourd’hui avec plusieurs propositions, tu choisiras l’endroit qui te plait le plus.

© LeCarnetdeDameCatherine-2013

2 commentaires sur « Sidonie et Philippe, une soudaine jalousie »

  1. Eh oui.. Comme quoi, nous vivons dans un monde de méfiance « continue »… sI notre amie avait un tant soit peu , confiance en son amour, en son conjoint, copain, en elle même surtout, elle aurait passé une super journée… Après tout, avoir confiance, c’est surtout avoir confiance lorsque l’etre aimé est « loin des yeux », pas lorsqu’il se trouve assis à côté. Ceci est valable pour les 2 membres du couple d’ailleurs….. Merci Cathy pour cette histoire 🙂 Pierre (de Radio Satellite)

    J'aime

    1. Merci Pierre de m’avoir lue aussi attentivement ! çà reste une fiction mais vous avez raison Sidonie aurait sans doute passé une meilleure journée mais peut-être que sa surprise aurait aussi été moins forte. Ce genre d’émotions lui sera sans doute utile pour envisager l’avenir avec davantage de sérénité. Bonne soirée à vous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s